Hello Darkness, my f*cking good friend...

Tags : OCs - BOYS - RP - bloody mary - linden

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.224.56.126) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Kiui

    14/10/2018 at 11:25 PM

    Gabrielle

    Se faisait-il soulever ? Se faisait-il porté ? Thomas l’aidait t’il ? Toutes les sensations que ressentait son corps. Ce toucher aux mains si douces parcourant sa plaie, sa blessure pour lentement le distraire de la douleur. Il ressentait bel et bien des choses, comment pourrait t’il les ignorer ? Comment pourrait t’il ignorer Thomas qui le portait désormais, il en tait sur et certains, qui l’emmenait quelque pars. Non tout simplement il ne pouvait pas, il ne voulait pas et ne souhaitait pas. Cette courte durée ou le jeune homme l’avait prit pour le déposer dans un endroit inconnu, Gabrielle avait sourit. Ce n’était pourtant rien. La perte de sang le faisait surement déliré pourtant il avait bel et bien sourit comme si rien ne s’était passé. Thomas allait surement le prendre pour un fou si il le remarquait mais il assumerait que d’être dans les bras de ce mortel, ça lui avait bien plu. Comment lui un immortel pouvait t’il aimer la présence d’un mortel ? On le tuera juste ça mais Gabrielle ne pouvait pas ce détacher de cette humain car au plus profond de lui il savait que cette relation aurait été la plus intense de ça vie et qu’après ça il pourrait mettre un terme à sa recherche désespéré d’amour.

    Ça tête ne lui faisait plus mal. Son corps nu reposait avec délicatesse sur le drap ou l’avait posé précédemment Thomas. Son esprit devenait plus claire, son corps retrouvant peu à peu ses faculté à bouger, entendre, sentir ou encore simplement pouvoir à parler. En premier il ouvrit les yeux, regardant autours de lui malgré sa vision toujours flou cependant cela lui permis de découvrir qu’il était dans sa chambre. Thomas avait réussi à le porter jusqu’à ici ? Eh bien il devrait le remercier proprement plus tard. Ses yeux, enfin habitué à la nouvelle lumière, papillonnèrent quelque seconde avant de regarder Thomas, contre lui, retenant sa vie contre la sienne. Son corps bien que parcouru de fourmi il vint quand même poser sa main gauche dans la chevelure du jeune homme pour doucement ébouriffer ses cheveux. Ce n’était qu’un petit geste cependant Gabrielle avait le besoin de rassurer cette homme.

    - Tout va bien... Tout va bien... Passe la nuit avec moi et je te pardonne de tout...

    Sa gorge sèche le faisait souffrir pourtant il n’osait pas demander à Thomas de bouger car toute simplement il voulait le garder contre lui. D’un geste il se mit sur le coté, entourant de ses bras Thomas qu’il serrait contre lui afin de passer une bonne nuit.

  • Kiui

    12/10/2018 at 11:43 PM

    Bon ça fait longtemps mais je te rend quand même ta réponse après fais ce que tu veux. Tu peux essayer de répondre ou faire le prologue enfin bref ! :3

    Gabrielle

    Il le regard, son regard ne le quittait pas. Envieux et entreprenant. Son corps se réchauffait de la futur luxure qu’il allait ressentir prochainement en sentant cette paire de main, fine et attachante, ce resserrer autours de son cou. Il avait hâte. Son c½ur palpitait contre sa poitrine. Son corps se réchauffait, une étrange chaleur envahissait son bas ventre. Puis tout d’un coup toute son excitation disparut. Pourquoi son conjoint d’un soir éprouvait haine, la peur, le dégout ainsi qu’une sorte de colère. Il ne comprenait pas. L’avait t’il énervé avec ses paroles ? Ou ses actes ? Avait-il quelque chose contre lui ? Gabrielle ne savait pas. Son esprit, sa conscience lui disait de fuir.

    - « Trainée » ? « Salope » ? Tu t’entends Thomas ?

    Bien qu’il parle lentement il comprenait que cela ne servait pas. Pour une raison quel qu’onc son futur amant commencer à s’énerver, utiliser des insultes contre lui. L’innocent. Il voulait ce défaire mais ne pas fuir. Il voulait partir mais ne pas laisser Thomas. Il ne savait pas ce qu’il se passait mais Gabrielle savait une chose, il n’aillait pas laisser Thomas quitte à subir ses coups. Un grognement sortit de ses lèvres accompagné d’un gémissement étouffer. Thomas ? Pourquoi faisait-il cela ? Pourquoi jouait-il avec sa vie ? Ses mains lui faisaient dangereusement mal. Son corps, blanc, était peu à peu marquer par les doigts de l’homme s’enfonçant dans sa gorge. L’étouffant. Il étouffait. Son corps privé de toute respiration, sa tête tambourinait contre son crâne et son c½ur battait à la chamade, cherchant de l’air. Son corps ne semblait pas comprendre pourquoi cette soudaine privation d’air, son essence de vie. Sa tête lui faisait atrocement mal. Sa gorge s’asséchait, sa langue sortit. Ses yeux ne lâchait pas du regard Thomas, il ne voulait pas le laisser faire, il devait l’arrêter ! Sa conscience lui criait de faire. Ses mains se posèrent sur celle de Thomas pourtant l’une d’elle vint ce poser sur sa joue. Peut-être pouvait-il l’aider à retrouver ses esprits avec ses caresses. Il l’espérait, il avait faux. Son corps devenait glacer. Gabrielle avait peur puis soudain ce fut le trou noir. Sa tête, à présent ensanglanté, avait violemment heurté le sol de sa demeure. Par chance ce n’était que du bois pourtant une grosse flaque de sang s’échappait de sa tête. Gabrielle n’avait pourtant pas de blessure grave, l’étranglement n’allait que le faire dormir quelque heure cependant la ce n’était pas pareil. Sa tête, ouverte sur le coté. Son visage fin, pâle, semblait dormir comme reposé. Sa respiration était bien la.

  • RpYaoi-of-Jaenhaerys

    16/09/2018

    Tetsuya

    Le jeune homme face à lui laissa traîner son regard abyssale sur lui, remarquant à sa propre exaspération qu'il savait toujours autant quelles étaient ses mimiques et que par exemple à cet instant il se sentait sans doutes géné et mis au pieds du mur. C'était perturbant de savoir toujours ces petites choses après tout ce temps et ça n'était pas sans le frustrer de sa propre situation risible au possible selon lui.

    Il soupira pour une pas penser à cela et s'assit plus confortablement dans le fauteuil non loin de son invité plus qu'imprévu, croisant comme à son habitude les fines jambes , puis il le regarda fumer dehors, content de ne pas en sentir l'odeur. Réfléchissant à ses paroles ainsi qu'à son comportement qui différait vraiment de la dernière fois. Mais la phrase qu'il prononça finalement le figea brusquement et totalement, tandis que pendant l'espace d'un instant tout son corps se crispait et il oublia d'en respirer. Que...? Il lui demandait comment il s'appelait ...? Il ne se souvenait pas de lui ? Sérieusement? Quelle blague...

    Cette révélation le glaça au plus profond de lui et il dû bien vite prendre garde à son expression faciale, veillant à ce qu'elle reste froide et un peu renfrogné.

    "tu es sérieux ? Tu ne te souviens pas de moi ? " il eut un reniflement en apparence moqueur et froid
    " mon nom c'est Akimada Tetsuya."

  • RpYaoi-of-Jaenhaerys

    24/08/2018

    Le brunet le regarda avec de grands yeux incrédules à toutes ses paroles décousues. Pourquoi parlait il ainsi ? était il encore ivre de la veille ? Non cela semblait presque désespéré... Il ne l'avait jamais vu ainsi. Quoiqu'il ne l'avait jamais vraiment connu vu ce qu'il s'était moqué de lui tout du long... Il soupira légèrement à ses pensées et sortit un briquet de sa poche.

    " Tiens , mais fûmes bien vers l'extérieur , j'aime pas que l'odeur reste dans mon appart..."
    lui dit il avant de s'asseoir sur son fauteuil, baissant la tête et se massant les tempes avec son index et son majeur. Il allait avoir un mal de tête maintenant avec toutes ces paroles étranges...

    Que voulait il dire par je ne l'ai pas tué c'est elle... ? Il allait devoir creuser tout cela.

    En tout cas il se mettait lui même dans les problèmes à héberger Thomas... SI jamais il était trouvé chez lui il était bon pour aller lui tenir compagnie en prison et il n'y tenait pas vraiment. Et appelez le trop gentil s'il le faut mais après l'avoir vu dans cet état , il avait encore moins envie de le mettre dehors...

    " tu me mets dans une position pas possible comme d'habitude..." soupira t'il doucement, une lueur triste flashant très rapidement dans son regard.

  • Kurokeshi

    04/08/2018

    [j’espère ne pas avoir écris n’importe quoi dans ma précipitation à te répondre ]

    Muu :

    * A l’affût. Il était à l’affût du moindre bruit, du moindre indice qu’il était en danger. Des tics nerveux faisaient leur apparition : au niveau de son ½il, de ses doigt….voir même des spams étrange à la jambe. Il se battait contre lui même pour rester calme. Les pensées dans son esprits, toutes incompréhensibles, dans leur panique et leur incompréhension. Inutiles. Comment pouvait-il réfléchir dans tout ce vacarme. Taisez vous. Taisez vous. TAISEZ VOUS….. *

    - TAISEZ-VOUS !

    * Sa propre voix résonnant dans la pièce, le rendit de nouveau tendu comme un fil. Sur le coup il n’avait pas reconnu sa propre intonation. Les sons sortant de sa gorge étant rauques et abîmés par une légère déshydratation.

    Au moins, ses pensées s’étaient tues. C’était le silence dans son esprits, aussi rare que cela soit. Mais il sentait la tension a l’intérieur de sa tête. Il prit une grande inspiration, prêt à réfléchir de nouveau, prêt à trouver le moyen de sortir de là ou il se trouvait actuellement qu’importe l’endroit que c’était.

    Ne fais rien. Attends. Trop faible pour se battre. Trop fatigué pour continuer.

    Un nouveau choc le secoua tout entier. Comme un éclaire traversant son corps. Ses yeux rougeâtres, était grands comme des soucoupes, un tremblement incontrôlable avait prit son corps, un soudaine envie de vomir le força à mettre sa mains devant sa bouche afin de retenir les restes de son estomac menaçants de sortir.

    Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible. Impossible.

    Il n’avait pas le droit. Ce genre de pensée, n’aurait jamais du venir dans son esprits. Ce n’était pas normal. Pas normal. Pas normal du tout. Il était trop faible. Trop, trop faible, si ces conseils inutiles arrivés à apparaître dans son crâne. Mort, mort, ce genre de pensées venait d’un mort. Elles ne pouvaient pas être là, les morts ne revenaient pas à la vie. Et….ELLES VENAIENT D’UN MORT !

    Son corps agit par pur instinct. Son angles vinrent se planter dans la chaire de son bras, sa mains se serrant, encore et encore, jusqu’a ce qu’il sente la douleur de son propre être pénétrant sa peau pour lui faire du mal. Il ne criait pas, ne pleura pas. Il riait, toujours plus fort alors que la douleur s’empirait et que le sang coulait autour de ses doigts et le long de son poignet fin et pâle.
    Toujours en tenant son bras, dans une poigne meurtrière, il se dirigea en titubant vers la porte, lâchant son bras pour venir, enfin tourner correctement la poignée, imprégnant ce qu’il touchait d’un liquide rouge marronné. *

  • Black-Punk-SD

    01/08/2018

    A peine se fut elle approchée qu'elle sentie ton hostilité, mais elle ne s'en préoccupe pas. Elle en a vu d'être, des personnes qui repoussent sa présence, qui se montrent agressifs. Et puis, c'est son milieu, son exposition. Elle est dans son élément et se sent en sécurité, connaissant les lieux et les vigiles, bien qu'ils aient pour ordre de ne surtout pas le montrer et de ne rendre compréhensible qu'elle est l'auteure des ces ½uvres. Elle se planta donc bien fermement dans ses talons, se plaçant en situation dominante de par son calme malgré la différence de taille.

    Elizabeth pouvait voir les traits de ton visages se déformer sous la rage qui bouillonnait en toi. Son comportement était de la pure provocation, et elle s'avait qu'elle risquait d'encaisser un excès de violence de ta part... Mais elle s'en fichait. Elle avait trouver de quoi s'occuper, de quoi se distraire de la monotonie de sa vie qu'elle voulait bien rangée pour rattraper les années perdues entre drogue et hôpital. Une vie qui ne lui convenait pas toujours, elle devait bien l'admettre.
    Elle haussa un sourcil à tes mots, prenant ton surnom pour un pure provocation... Qu'elle détesta. Cette façon de nommer ainsi les femmes inconnues pour prendre le contrôle, pour se montrer supérieur. Le regard de la brune s'assombrie quelque peu, bien que le reste de son visage ne bouge pas d'un millimètre. Elle s'approcha cependant, venant saisir ton menton entre ses doigts fins et pâles.

    - Dis moi chéri, qu'est-ce que tu penserais de cesser de te foutre ouvertement de ma gueule, et de ranger ta fausse amabilité? Tu pourrais aussi simplement dire merci. J'aurais tout aussi pu les laisser te foutre à la porte, tu sais?

    Elle ressert son emprise sur ton visage au fil de ses paroles, tout en se rapprochant et en esquissant un sourire arrogant. Le vigile surveillait discrètement la situation, peu habituée à voir la jeune femme agir de la sorte.

    - C'aurait été particulièrement distrayant pour moi de les voir t'envoyer sur le macadam.

    Elle te regarde encore quelques instants, puis repousse brusquement ton visage du bout des doigts, sans pour autant se reculer. Elle jouait à un jeu dangereux, mais emportée dans de vieilles d'habitudes -ou plutôt, se laissant aller à ce qu'elle était finalement réellement-, elle ne réfléchissait plus à ce qui était correct.

  • RpYaoi-of-Jaenhaerys

    30/07/2018

    Tetsuya passa un long moment assis dans son lit tel un vieil homme seul. Plus que le chat et l'image pathétique était parfaite. Le pire selon lui ? Le fait qu'il n'arrivait pas à se concentrer sur les mots de son livre. Il avait beau repasser encore et encore son regard noir abyssal sur la même phrase depuis tout à l'heure, son esprit refusait d'en saisir les mots et restait concentré sur cet homme qu'il avait emmené et couché sur le canapé.

    Pourquoi diable avait il fait cela ? Pourquoi après tout ce qui lui avait fait , ne l'avait il pas laissé dehors ? Une petite voix intérieure lui insinua qu'il l'aimait peut être encore. Il s'empressa de rabrouer mentalement cette voix irritante.

    "Je suis juste un parfait imbécile encore trop gentil...." marmonna t'il pour lui même en fronçant les sourcils.

    C'est alors qu'un bruit métallique sembla retentir dans sa chambre silencieuse, le faisant sursauter. Il tourna bien vite son regard vers sa provenance et écarquilla les yeux en voyant un couteau de cuisine au sol et la forme de son ex s'enfuir vers la porte. Il se fichait de lui ? pensa t'il, son visage se faisant sombre.

    Il se leva et passa au dessus du couteau, se promettant mentalement de ne plus laisser ses couteaux à portée de vue... Puis alla vers la porte, y trouvant Thomas dans un triste état , de son avis. Il soupira et croisa les bras contre son torse mince.

    " Je sais que je ne suis pas la personne à laquelle tu as envie de faire face mais venir me saluer avec un couteau et fuir tout aussi sec alors que je t'évites le retour en prison n'est pas la façon la plus sympa pour le faire." dit il d'une voix froide, se protégeant de ses pensées.

    Il soupira suite à cela , n'osant pourtant pas s'approcher.

    "Pourquoi tu pleures de toute façon ?"

  • Kurokeshi

    10/07/2018

    [ Bravo ? Pour quoi ? 0,0 ]

    Muu :

    * Noir, noir, tout était noir. Du noir à gauche, du noir à droite. Derrière et devant aussi. A sa diagonale droite, et la gauche, sous ses pieds et au dessus de sa tête. Noir. Noir. Noir. Noir. Il renifla et mis sa te^te entre ses genoux. L’air sentait le renfermé, l’essence, la boue et les excréments. C’était à en donner les larmes aux yeux. Mais il était habitué à l’odeur depuis le temps. Sous ses pieds nu, le béton était froid. Il entendait le goutte à goutte d’un tuyau percé, les pas au dessus de sa tête, un rat ou une souris gambadant dans le même espace que lui. Depuis combien de temps il était là ? Tout était noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir. Noir.

    « C’est parce que tu es trop faible que tu es dans le noir. Mais ne t’inquiètes pas. Je vais exhausser ton souhait. Je vais faire de toi quelqu’un qui sera crains par tous. »

    Des doigts contre sa joues, tenant sa mains, tapotant sa tête…..

    FAIBLE ! COMMENT AS TU PU ! COMMENT AS TU PU TE MONTRER AUSSI FAIBLE ?!

    …..

    TU ES UNE HONTE ! JE N’AI PAS PERDU TOUT CE TEMPS POUR FAIRE UN ÊTRE AUSSI FAIBLE QUE TOI !

    ……

    QU’EST CE QUE TU FAIS ENCORE ENDORMI ? POURQUOI PEUT TU ENCORE ENTENDRE MA VOIX ?!

    …..

    RÉVEIL TOI MAINTENANT !

    Ses yeux rouge s’ouvrir d’un coup. Son corps se mit en mouvement tout de suite après. Il ignora la douleur, ou toutes autres sensation. Tous ses sens étaient diriger vers une seule chose : fuir. Il ne pouvait rien ressentir qui pourrait le distraire de sa mission. L’albinos ne bougeait plus que par instinct. Bien entendu il se dirigea vers la porte. Dans sa folie animal, il ne su pas comment ouvrir la porte et la cru fermée. Un cris monstrueux s’échappa de sa gorge sèche. Il donna un coup violent sur le battant de la porte. Avant de se tourner pour chercher une autre issue. Ses yeux se posèrent sur l’eau et les anti-douleur. Ils ne firent pas long feu, envoyé contre un mur avec un autre cris. Cela lui fit du bien. Alors il entreprit de détruire la pièce autant qu’il pouvait avant de s’asseoir au sol, essoufflé, mais plus calme. Regard rivé sur la porte fermée. *

  • PauKie

    09/07/2018

    ( Je suis désolée pour le temps pris j'ai pas pu répondre plus vite , je pensais pas être autant prise ces derniers temps ^-^")

    Natsuki

    Entendre le rire de la bête ou plutôt de ... Thomas lui fit hausser un sourcil d'étonnement. Qu'est-ce qui pouvait le faire rire ? Elle n'avait pourtant rien dit qui suscité de l'amusement ou de la moquerie mais elle comprit en l'entendant lui répondre. Une faveur ? Il voulait mourir ? Intriguée et perturbée par l'étrange être qui se trouvé devant elle, Natsuki fronça les sourcils.

    Cependant, elle ne répondit rien pour l'instant, si vraiment il désirait mourir ça ne serait pas avec elle. Après tout, elle ne l'avait pas vu faire quelque chose de mal hors elle s'était jurée de tuer seulement si c'était nécessaire pour la sécurité des civiles. Elle n'était pas comme ses parents ... . Non hors de question qu'elle le devienne. D'ailleurs , elle avait des ami(e)s vampires, diablotins et autres qui étaient pacifistes et qui l'aidaient lorsqu'elle avait besoin d'information. Seulement, la blonde garda tout de même son flingue pointé contre la poitrine du jeune homme.

    "...Égoïste ? Désolée mais votre approche me donné plus l'impression que vous vouliez m'attaquer . Enfin passons.. donc le sujet c'était vous ? C'est bien la premier fois qu'un être non humain me facilite la tâche, fit-elle à voix basse comme pour se le dire à elle-même. Et si c'est ça... désolée je ne tue pas sur demande."

    Lorsqu'il passa une main dans ses cheveux , elle eu un frissons mais ne bougea pas l'observant fixement . Le détaillant comme pour lire en lui. Bien sûr , elle ne pouvait pas malheureusement. Cependant, la jeune chasseuse distingua un certains "dédain" pour son arme. Il n'aimait sans doute pas ça mais elle si. C'était un moyen rapide de tuer mais aussi de pouvoir se défendre et attaquer sans être proche de l'ennemi chose plutôt pratique contre des adversaires coriaces. En plus de cela, Natsuki remarqua sans mal qu'il semblait quelque peu vexé par ses paroles surtout par le mot "Loufoque" puisqu'il avait plissé le nez chose qui la fit rire . Un rire assez cristallin détonant avec ses mains pleines de sang depuis des années. Son rire sincère avait rendu son visage assez angélique si on oublié l'arme et son statue de chasseuse.

    "Je dois avoué ... que le mot normal n'a aucun sens , fit-t-elle en le voyant observer le ciel. Personne n'est vraiment normal sur cette terre ... . Cependant si je devais quand même définir la normalité se serait les gens sans ... pouvoir ou qui ne sont pas tout à fait humain comme vous ... ou moi."

    Elle-même ne l'était pas en y repensant, au plus profond d'elle cette chose était là attendant l'heure de la fin pour la cueillir. Oui, ce démon était là l'aidant pour au final pouvoir la prendre. Un sourire sans émotion se dessina sur ses lèvres alors qu'elle reporta toute son attention sur lui sans se douter et voir le tourment qui envahissait Thomas.

    Il l'intriguée lui et sa façon de penser assez ambiguë mais elle n'avait pas l'intention de rester là dans le froid de la nuit. Le vent lui soufflait dans cheveux tandis que ses yeux bleu brillaient à la lumière d'un des lampadaires du parc tout près d'eux.

    "Désolée mais j'ai des choses à faire donc ... je vais m'en aller. J'ai eu une assez longue journée ... Hum Thomas."

    Gardant toujours un oeil vigilant sur lui, elle se recula assez pour ranger son arme et prendre son skate par terre tout en le fixant n'ayant pas confiance encore en lui même si au fond elle , quelque chose s'excitait voulant en savoir plus sur la bête devant.

  • RpYaoi-of-Jaenhaerys

    02/07/2018

    Tetsuya

    Les yeux noirs du jeune homme de vingt quatre ans semblèrent s'assombrir et lancer des éclairs en comprenant que son ex ne semblait tout simplement même pas se souvenir de lui. Il serra les poings de colère mais aussi à la tristesse foudroyante qui menaça presque de le paralyser sur place. Néanmoins il se mordit la langue pour ne rien dire, soulagé en le voyant ce dernier se détourner. Néanmoins il ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux en le voyant s'évanouir... c'était vraiment sa chance...notez l'ironie .

    Soupirant il alla voir s'il respirait toujours puis il hésita à la démarche à suivre. Il se renfrogna en se rendant compte qu'il ne pouvait pas l'emmener à l'hopital vu que monsieur était recherché..
    Il pouvait le faire certes... Mais il choisit de ne pas le faire et le porta comme il put , jusque chez lui, le mettant dans son canapé avec un sceau à coté de lui , un verre d'eau et un doliprane pour son réveil.

    Puis il lui mit un plaid avant d'aller dans la salle de bain, se passant le visage sous l'eau froide en soupirant. POurquoi diable était il aussi gentil avec cet homme ?

    Il soupira et retourna dans sa chambre n'ayant plus vraiment envie de faire quoique ce soit aujourd'hui plus vraiment d'humeur à faire quoique ce soit d'autre. Il resta donc dans son lit à lire un livre sans vraiment le lire, perdu dans ses pensées.

Report abuse